Tel

06.42.37.58.20

Horaires d'ouverture

Lun - Ven : 9h -18h

Méthode développée par Martine K Broucaret

Ce n’est pas une méthode conventionnelle, dès lors qu’elle propose une approche plutôt expérientielle que théorique du changement.

Nous partons du principe que ce n’est pas entre les murs d’un cabinet que la personne qui désire changer trouvera sa vérité, ni qu’elle comprendra quel sens donner à sa vie ! C’est dans l’action, le concret, l’expérience… pour le reste, cette méthode puise ses sources dans divers enseignements s’inspirant de techniques de développement personnel, de décodage biologique, de psychogénéalogie, d’archaïsme…

Ce qui trouble l’humain, ce ne sont pas les choses, ce sont les jugements et les ressentis qu’ils portent sur les choses.

Pour cela, j’applique la méthode des petits pas, pour faire progresser mes patients par palliers. Car les changements de vie commence par de petites transformations, en apparence anodines.

Vous constaterez, que la difficulté n’est pas de savoir ce qu’il faudrait faire pour aller mieux, mais de s’engager fermement et de passer enfin de la théorie à la pratique.

ce qui troublent les humains ce ne sont pas les choses, ce sont les jugements et les ressentis qu’ils portent sur les choses.
Cette attitude nous entretient dans la dualité, le clivage, la survie..

La véritable dimension de l’humain n’est pas de donner une valeur positive ou négative aux choses de la vie,elle consiste à mettre en lumière, ce qui le touche afin de le transformer en un talent créatif, c’est ainsi que nous passons de la survie à la vie.

En considérant les évènements de notre vie avec un autre regard pour en extraire « le principe », nous découvrons alors qu’ils sont en totale résonance avec la structure du vécu et du ressenti de nos parents, il n’y a aucun jugement de valeur à avoir, ce qui s’inscrit dans l’empreinte de naissance n’est ni positif ni négatif. En faisant ce qu’il fait, chacun de nous fait exactement ce qu’il a à faire, la grande différence est que nous avons le choix de le faire, soit :
-dans l’inconscient biologique, revivant dans la même douleur, le vécu ressenti de nos aïeuls en répétition cyclique, en luttant en permanence contre les évènements.
-soit en conscience, c’est à dire en changeant notre regard sur l’évènement dans la légèreté et la paix, en libérant notre créativité par l’expression de notre talent créatif.

Une prise de conscience sans passage à l’acte ne sert à rien.

I l n’est pas toujours facile de comprendre ce qui nous arrive, ni évident de donner un sens à un événement douloureux et compliqué, nous avons l’habitude d’interpréter les évènements en bien ou mal, positif ou négatif.

Il existe un troisième plan : le milieu, le neutre, la rencontre, le vide, un 3 ème plan qui permet de changer de regard, d’enlever le poids aux évènements et de devenir l’auteur de notre vie.

Se libérer consiste à déceler le principe de l’imprégnation du vécu et ressenti de nos ancêtres, la guérison naît d’une lecture hors de la causalité, chacun peut se découvrir unique, original, singulier pour accéder à sa propre créativité

La vie c’est de passer de la réparation à la guérison.

Réparer c’est rester victime, dès que je me situe comme victime des évènements de ma vie, je me coupe de ma vie.

Il faut se libérer de nos manques illusoires ainsi que du regret de ce que nous ne sommes pas.
Notre évolution consiste à prendre conscience de notre unicité afin d’assumer l’entière responsabilité de notre incarnation.

Quelque soit l’histoire parentale, dont nous sommes issus, nous pouvons nous en dégager sur le plan émotionnel en ne prenant que le principe des évènements qui la composent.
La problématique qui s’y attache ne nous concerne plus, juste en énergie et c’est cette énergie qui nous conduit au talent si nous sortons de la loi de réaction.

Tuer l’évènement, nier le réel nous empêchent d’en extraire l’essence, donc d’évoluer...

L’ortho-bionomie ou technique manuelle

C’est la première approche de mon travail :

L’ostéopathie est une thérapie manuelle fondée par Andrew STILL en 1828 tirés des concepts de la médecine antique gréco-égyptienne. Son but était de rechercher et de traiter des restrictions de mobilité, touchant l’ensemble des structures du corps. Elle prend appuie entre structure et fonction, prenant en compte la capacité du corps à s’auto-réguler.

Elle est à la fois préventive et curative.

Arthur Lincoln PAULS
Arthur Lincoln PAULS

En 1960 JONES et ARTHUR PAULS l’approfondissent et amènent la notion d’énergie, d’exagération, et de points réflexes (trigger).

J’utilise des techniques manuelles, palpations, pressions, étirements, en micro mouvements qui permettent d’intervenir sur les blocages musculaires, nerveux, tendineux et ligamentaires.
Le praticien rétablit l’harmonie dans le système musculo-squelettique et dans chacun des autres systèmes en se servant uniquement de ses mains. Still disait « là où le sang circule normalement la maladie est impuissante à se développer, car notre sang est capable de fabriquer tous les principes utiles pour assurer l’immunité naturelle et lutter contre les maladies.»

La notion de « la structure gouverne la fonction» est essentielle pour moi et est la base de mon travail de praticien.
Soigner les symptômes ne conduira jamais à la guérison.
La structure de l’oeil gouverne la fonction de la vision
La structure de l’oreille gouverne la fonction de l’audition
La structure du membre inférieur gouverne celle de la marche
La structure thoracique gouverne la fonction des organes qu’elle abrite, entre autre celle de la respiration.
Le corps est programmé pour assurer sa survie et celle de son espèce, il ne fabriquera que ce qui lui est (ou semble) utile pour la conservation de son intégrité; il réagira en conséquence en utilisant les moyens à sa disposition: cicatrisation, défenses immunitaires, sécrétions diverses (corporelle et comportementale).

Nous allons exagérer ce qui existe pour que l’information soit comprise par notre cerveau et notre corps.

Ma technique d’approche du corps est le résultat de 30 années de formations et de recherches de mes pairs et formateurs où il est retenu l’importance d’une manipulation en douceur, sans forcer en écoutant et en accompagnant le mouvement du corps.
Selon Arthur Pauls, nous allons exagérer ce qui existe pour que l’information soit comprise par notre cerveau et notre corps.

PRENDRE CONSCIENCE DE SON CORPS

Comprendre enfin la devise de Socrate « connais toi toi même»
Lorsque nous nous installons au volant de notre voiture, nos sens sont à l’écoute de toutes les anomalies pouvant apparaître lors de la conduite du véhicule.
Qu’il tire à droite en roulant, qu’il tire à gauche en freinant, que le moteur cliquette en accélérant, qu’un bruit anormal apparaisse, la prise de conscience en est immédiate.
La prise de conscience des défauts de votre voiture impliquera inconsciemment une certaine inquiétude et une relative prudence, vous ne roulerez pas tranquille, resterez sur vos gardes, vous manquerez de confiance en votre voiture.
Les réparations sont faites et vous repartez en toute confiance avec l’esprit tranquille.
pourquoi cette comparaison ?
Un véhicule automobile n’est doué d’aucune vie propre, c’est l’être qui se met au volant qui lui donne vie.
C’est sur lui au travers de ses sensations que retentiront inconsciemment ou consciemment les défauts de la voiture.

Le corps humain peut être comparé à un véhicule.

La psychogénéalogie et le transgénérationnel

Ce sont généralement des traumatismes, des secrets ou des conflits vécus par les ascendants d’un sujet qui conditionneraient ses troubles psychologiques, ses maladies ou encore ses comportements étrangers inexplicables. Dans chaque famille, les évènements vécus par les membres antérieurs laissent des traces au fil des générations (mort prématurée, suicide, abandon…) et qui peuvent se répéter ce que l’on nomme “les dates anniversaires”.

Qui est mon père ?
Qui est mon père ?

La psychogénéalogie reste donc avant tout une méthode thérapeutique qui se réfère aux données généalogiques et aux impacts psychologiques et biologiques sur les descendants.

Pour comprendre l’ordre généalogique et visualiser sa position dans le système familial, le dessin de l’arbre généalogique (appelé génosociogramme) est indispensable notamment pour voir les liens transgénérationnels.